Skip to content Skip to footer

Augmenter le trafic qualifié de mon site web : comment j’ai boosté mon blog en 3 mois.

Lorsque j’ai commencé mon aventure entrepreneuriale, mon objectif principal était clair : augmenter le trafic qualifié sur mon site. Après avoir suivi une formation en rédaction web SEO, je connaissais le pouvoir de la création de contenu, du référencement naturel et de tout ce que cela pouvait m’apporter côté business.

Je savais aussi que cette stratégie marketing prenait du temps. J’avais bien en tête que je devais démarrer rapidement pour avoir des résultats dans un délai raisonnable. Plus tôt, je commençais à écrire des articles optimisés, plus tôt, j’attirerai une audience qualifiée sur mon site.

Ces prospects que je pourrais convertir en clientes ensuite.

Augmenter le trafic qualifié de mon site web : état des lieux de départ.

Des blogs, j’en ai eu des tonnes. J’y ai raconté ma première grossesse, mon lifestyle, ou encore mes créations graphiques.

Mais c’était la première fois que je montais un site et un blog business entièrement dédiés à mon activité de freelance. Les enjeux et les besoins étaient donc complètement différents.

Pour être totalement transparente, et pour te partager réellement mon expérience et mes conseils, j’ai commencé avec 0 audience. Que ce soit sur Instagram, en réseau professionnel ou autres : je ne connaissais personne et personne ne me connaissait.

Je ne savais même pas qu’on pouvait trouver des clients sur les réseaux sociaux !

Je suis donc partie de zéro pour augmenter le trafic qualifié de mon site web. Je suis passée de 0 à 2000 vues par mois en seulement trois mois grâce à une stratégie de contenu blog bien planifiée.

augmenter le trafic qualifié sur mon site.

C’était la seule chose que je connaissais, que j’avais déjà expérimenté à titre personnel sur mes anciens blogs. Mais aussi sur laquelle j’étais depuis formée !

Identifier des mots-clés pertinents pour augmenter le trafic qualifié de mon site.

Bien que j’ai fait quelques erreurs au départ sur mes choix en ne prenant pas le temps de bien définir ma cible, ma méthode de travail, elle était rodée.

Je sais qu’il existe de nombreux outils pour définir des longues traînes pertinentes. Je les utilise aussi quotidiennement dans ma stratégie digitale.  

Néanmoins, j’ai pris le pli depuis un moment de me rapprocher au maximum de la personne qui va lire mes textes.

Quelles sont les questions qu’elle se pose en venant sur mon site ? De quelles réponses a-t-elle besoin pour résoudre son problème ? Quels mots va-t-elle utiliser pour cela ? Quelle question va-t-elle poser sur Google ou un autre moteur de recherche ?

Encore aujourd’hui, avant d’aller utiliser n’importe quel super outil d’optimisation, je vais aller fouiller le web.

Je vais aller taper mes idées sur le moteur de recherche, voir les propositions qui me sont faites et les sites qui sortent sur cette thématique.

Cela va m’aider à affiner mon choix.

Ensuite, et seulement ensuite, je vais vérifier la pertinence et valider mon choix définitif.  

Évidemment, je ne peux pas me passer d’une recherche un peu plus technique ensuite.

Grâce à des outils comme Google Keyword Planner ou Ubersuggest, je peux connaître le volume de recherche des mots-clés que j’avais identifiés.

J’ai ainsi eu une idée du potentiel de trafic que je pouvais générer.

« Non mais moi, je n’ai pas de concurrence ! »

Combien de fois j’ai entendu cette phrase ? Il n’y a pas de souci à bien s’entendre avec les pros de ton secteur, c’est aussi mon cas.

Mais te lancer sans savoir ce que font les autres, c’est un peu risqué.

Imagine que tu décides d’écrire par exemple un article de 500 mots tous les 3 mois. Mais que ta concurrente directe à déléguer cette mission à une rédactrice web et qu’elles produisent ensemble 1 article par semaine de 2000 mots sur des mots-clés qui t’intéressent. Devine qui de vous deux va mieux se positionner sur les moteurs de recherche ?

Imagine sur un secteur comme le mien, où nous sommes des pros du référencement naturel SEO…

J’ai donc fait une veille concurrentielle sur les experts que je considérais être mes concurrents directs.

J’ai aussi regardé la concurrence des mots-clés sur lesquels je voulais me positionner sur les premières pages.

J’ai observé leurs stratégies de contenu et identifié les lacunes que je pouvais exploiter.

La création de mon calendrier éditorial.

Une de mes parties préférées du job ! On ne va pas se mentir ! J’adore trouver des idées pour mon calendrier éditorial ! Surtout une fois que je connais mes objectifs et où je dois orienter mes recherches, c’est une vraie partie de plaisir (pour moi, hein !).

Une fois les mots-clés identifiés, j’ai établi un calendrier éditorial pour publier régulièrement des articles de qualité sur mon blog.

J’ai veillé à couvrir tous les mots-clés que j’avais sélectionnés pour attirer un trafic qualifié.

Et c’est souvent un point qui est négligé : tu choisis une liste de mots-clés puis tu écris des articles sur tout et sur n’importe quoi.

Je te conseille de constituer au départ une bibliothèque de contenu rédigé uniquement autour de tes mots-clés. Après, tu pourras être un peu plus libre.

Je suis ensuite partie sur la partie pure et dure de la rédaction des articles.

J’ai fait le choix d’en publier un par semaine. Ce qui était plus simple, car j’avais déjà le calendrier de prêt avec mes idées de contenu.

Si je dois être franche, ça a été dur au début car :

  • J’écrivais beaucoup moins vite qu’aujourd’hui.
  • Je n’avais pas de processus de création.
  • Je vérifiais plusieurs fois que je n’avais rien oublié.
  • Je commençais mes prestations et j’avais tout à mettre en place.
  • J’étais salariée (à temps plein !) et entrepreneure en même temps !  

Aujourd’hui, je batche mes contenus plus facilement et j’ai toujours (normalement) plusieurs semaines d’avance sur ce que tu découvres sur le blog.

Au début, j’ai donc loupé quelques publications. Néanmoins, j’ai limité au maximum, et je suis restée régulière. C’est un critère de réussite non-négligeable.

Enfin, j’ai également inclus des images, et des liens internes pour rendre mon contenu plus attrayant. Je n’ai pas oublié les CTA (call to action) en fin d’article.

C’est un truc que je ne comprendrais jamais ça par contre : les rédactrices pros qui ne font pas de référencement naturel SEO. Quel intérêt ?

Pourquoi ne pas produire des articles pour qu’ils soient visibles sur le web ? Si tu as une piste, hésite pas à me la partager dans les commentaires, je suis curieuse.

Bref, après ma formation, j’ai renforcé mes connaissances en SEO. Ainsi, j’ai dès le départ publié des articles optimisés pour atteindre mes objectifs.

Je n’aime pas perdre de temps !

Métadonnées, balises,… Tout y est passé !

Ajustement de ma stratégie de contenu blog.

C’est la partie que j’apprécie le moins, pourtant, elle a une importance capitale.

Il est nécessaire de savoir où tu vas pour ne pas te perdre dans les tréfonds du web sans jamais avoir les résultats attendus.

J’ai utilisé des outils tels que Google Analytics ou Google Search Console pour suivre les performances de mon site.

C’est ce qui m’a permis d’identifier les articles qui généraient le plus de trafic.

Mais aussi de voir que mon trafic n’était pas forcément celui que je voulais.

Lorsque j’ai constaté que certains articles ne généraient pas le trafic qualifié souhaité, j’ai ajusté ma stratégie de contenu en conséquence.

J’ai aussi complété certains articles, j’en ai archivé et j’ai modifié mon calendrier éditorial.

Au départ, je l’avais préparé sur une année entière, mais finalement, je ne trouve pas ça pertinent. Trop de changements peuvent avoir lieu en un an (de la part de mes clients ou de ma part).

Je travaille sur 3 mois en avance maximum maintenant.

Ainsi, j’ai amélioré l’optimisation SEO, retravaillé le maillage interne (liens internes) ou encore, par exemple, changé l’angle de mon article.

Recherche de cohérente et partage de mon contenu.

J’ai veillé à rester cohérente dans ma production de contenu.

Ce conseil peut sembler simpliste, pourtant, tu n’imagines pas le nombre de sites web sur lesquels j’interviens qui passe du tutoiement au vouvoiement en une phrase. Ou qui ciblent les femmes puis les hommes. En tant que lectrice, je déteste ça.

J’ai donc établi dès le départ une charte éditoriale avec toutes les règles à respecter. Je peux aussi la partager à toutes les personnes qui travaillent avec moi.

J’ai aussi continué à publier régulièrement des articles qui répondaient aux besoins de mon audience.

Pour augmenter le trafic qualifié sur mon site, j’ai également mis en place une stratégie de partage sur les réseaux sociaux.

La diffusion par ce biais étant immédiate, cela pouvait pallier le temps que mon trafic organique porte ses fruits.

J’ai sélectionné les plateformes les plus pertinentes pour mon audience (pour moi Instagram) et j’ai partagé mes articles chaque semaine en post et en stories.

Cela m’a permis d’accroître ma visibilité et d’attirer de nouveaux visiteurs intéressés par mon contenu.

Au terme de ces trois mois, j’avais déjà réussi à doubler mon trafic grâce à cette stratégie de contenu blog bien planifiée.

En identifiant les mots-clés pertinents, en créant un calendrier éditorial, en optimisant mes articles pour le SEO et en partageant mon contenu sur les réseaux sociaux, j’ai pu attirer un trafic qualifié et intéressé par mes articles.

En restant cohérente dans ma production de contenu et en ajustant ma stratégie lorsque cela était nécessaire, j’ai pu atteindre mon objectif : augmenter le trafic qualifié sur mon site.

Cette expérience a renforcé mon envie de partager avec toi tout ce que j’ai testé et mis en place. Alors, si tu as besoin aussi d’avoir un plan d’actions clair, je t’invite à réserver dès maintenant ton Atelier Stratégique START !

Crédit photo : Émilie photographie le Monde.

Laisser un commentaire

0/100

Logo de Elleblogue, rédactrice SEO

REJOINS LE CLUB, TA NEWSLETTER SEO :

Copyright © 2024 ElleBlogue | Site réalisé par l’Agence455